Outils pour utilisateurs

Outils du site


Panneau latéral

Changements

PNJ

rp:puchu20150225

Home sweet home

En’dol poussa un petit soupir de satisfaction en s’affalant sur l’imposant fauteuil qu’il venait d’installer. Ça y est, il était enfin chez lui. Certes, il lui restait encore quelques cartons à déballer, et les affaires d’Oggodt n’étaient pas toutes là, mais toute la partie mobilier était terminée, les meubles installés et les appareils branchés. Et ça lui suffisait. Pour la première fois depuis bien longtemps, il se sentait enfin à l’aise, à sa place, sans run urgent à faire, sans corpo cherchant à l’abattre, sans orage à l’horizon… En y repensant, il ne pouvait même pas se rappeler d’un moment similaire qui ne soit pas antérieur à son intégration dans le groupe. Entre la caisse de rhutenium, les swamp rats et l’enlèvement d’Eidolon, ces derniers mois lui avait donné l’impression de tomber de charybde en scylla à chaque pas. À coté de ça, l’infiltration de l’archologie lui avait paru reposante, ce qui pourrait passer pour un comble aux yeux de bien des gens.

Bien sûr, cela faisait bientôt deux semaines qu’il était rentré de Zurich, sans menace apparente maintenant que leur réputation auprès de saeder krupp était « blanchie », et avec en prime le règlement des 200 000 Nuyens, la sérénité aurait dû être quasi immédiate. Mais malheureusement, passée l’ivresse qui suivit le run, quelque chose n’allait plus une fois rentré au quartier. Face à lui, presque tout le monde tentait de faire bonne figure, mais il sentait bien que son ancienne « famille » était devenu plus distante. Quand il était revenu du Tyr, il avait cru qu’il vaudrait mieux être franc au sujet de sa mutation, que les liens du gang seraient suffisant pour passer outre et que les choses reviendraient dans l’ordre, comme on finit par accepter les vieux oncles un peu bourrés ou les cousins excentriques. Mais finalement, les préjugés étaient trop fort, et même son propre frère donnait l’impression de vouloir le fuir. Au final, c’était le quartier tout entier qui avait fini par lui paraître étranger. Il ne regrettait par vraiment sa décision pour autant. Même s’il n’avait rien dit, la vérité aurait de toute manière fini par éclater, que ce soit par les éveillés du quartier ou par ses frères les plus proches, qui connaissaient son comportement et ses habitudes. Ce qu’il regrettait en revanche, c’est d’avoir ainsi perdu son foyer, où il avait grandi et s’était formé, tout ça à cause d’une blessure aussi insignifiante à l’origine. De tout ce qu’il avait perdu depuis sa courte carrière de runner, c’est sans doute ce qui lui manquerait le plus…

Mais bon, il fallait aller de l’avant. Pleurer sur le passé ne le ferait pas revenir. Et au moins, en s’éloignant à temps, En’dol espérait pouvoir conserver à plus long termes de bonnes relations avec Dorf et Oberestraße. Les choses ne seraient sûrement plus comme avant, mais ça valait mieux que de rester jusqu’à recevoir un « traitement préventif ». Et puis le duplex qu’il avait trouvé était plutôt confortable, tout comme son nouveau quartier. Pas trop éloigné de son ancien chez lui, à la frontière du grand bazar, avec un bon voisinage et un taux de criminalité étonnamment faible. À croire qu’il était d’intérêt public que le commerce dans la zone puisse se dérouler sans le moindre accroc pour tout le monde. Il en résultait une sorte de bulle de bien être dans le quartier, où même les esprits semblait plus amicaux. Les deux faits étaient peut être même liés, qui sait. Il faudrait demander à Sven. Le nain était censé venir plus tard dans l’après midi, pour une leçon particulière d’analyse astrale. En échange, l’ork lui donnait quelques cours de social. Outre le simple échange de tuyaux, ces séances régulières avaient également permis de renforcer les liens dans le groupe, la présence d’Oggodt dans les parages étant en général un bon prétexte pour une réunion cordiale à la fin des cours. Le troll se révélait d’assez agréable compagnie, et semblait plutôt bien prendre la coupure du cordon ombilical. En’dol allait même probablement l’inviter pour la soirée du lendemain: Il comptait emmener Sven au discowurst, autant pour éprouver ses compétences sociales que pour le plaisir de la sortie elle même, et voir du monde pourrait aussi faire du bien au troll. Sans compter qu’en tant que colocataire, il trouvait assez peu amical de ne pas l’inviter, par principe. Surtout que la cohabitation se passait plutôt bien. Certes, la taille de l’appartement leur permettait de ne pas se marcher dessus, et le fait que Oggodt passe une part non négligeable de son temps dans le garage réduisait les potentielles occasions de désaccords. Mais l’un dans l’autre, à part un aménagement de la cuisine qui comportait maintenant deux frigos, et les plus élémentaires règles de vie communautaires, les deux compères n’avaient pas eu à faire beaucoup de concessions pour créer un espace de vie agréable pour tout le monde. Et même si c’était assez terre à terre, il fallait bien admettre que de partager le loyer permettait de s’offrir à moindre frais un confort assez nouveau pour l’ork…

Il s’enfonça autant qu’il le put dans le fauteuil, s’efforçant de ressentir le plus possible chaque cm² du cuir, dont de vagues traces astrales laissaient à penser qu’il avait un jour appartenu à un véritable animal, même s'il était encore bien incapable de dire lequel… Ça, ou bien le fabricant c’était vraiment donné du mal pour faire illusion jusque dans les moindre détails. Quoi qu’il en soit, le confort était là, et même si le style un peu vieillot et les quelques marques d’usures du meuble dénotait légèrement avec le reste du mobilier Bekvämnutida flambant neuf, trouvé parmi un stock d’invendus de chez Erika, En’dol ne regrettait pas le moins du monde cet achat. D’un geste de la main, il voulut mettre un peu de musique, pour parfaire l’ambiance. Malheureusement, l’installation électrique sembla choisir le même moment pour cesser de fonctionner… Tant pis, le canon de Pachelbel retentirait une autre fois… Il eut quelques instants une pensée pour les frigos, espérant que la panne soit localisée, ou que le courant revienne rapidement, mais il chassa assez vite ce souci mineur. S’inquiéter ne réglerait pas le problème, et la nourriture ne se réchaufferait pas avant un petit moment… Pour le moment, il préférait rester sur son fauteuil…

Les pieds sur la table basse, souriant comme sourirait un enfant, il somnolait… tranquille… Sven ne serait pas là avant une bonne heure, et Oggodt n’allait probablement pas remonter avant le début de la soirée… Pas de menace, pas d’obligation, juste le calme de l’appartement agrémenté des bruits de la vie du quartier au dehors… Il commençait tout juste à somnoler quand une petite rythmique frappée à la porte le tira de ses rêveries. L’ork regarda l’heure: 15H10… Sven était en avance. La sieste devrait attendre…

rp/puchu20150225.txt · Dernière modification: 2015/02/25 10:16 par Puchu